30 ans de combat contre l'oubli et l'ignorance

1942 à 1982

On ne parle pas du Camp des Milles dans la région. Mais des rescapés et certains acteurs comme le Pasteur Manen (Juste parmi les Nations qui a livré son témoignage dans son journal Au fond de l'abîme, et quelques internés comme Lion Feuchtwanger Le Diable en France, 1942) commencent à témoigner. Serge Klarsfeld travaille sur les noms des déportés des Milles ; en 1979, quelques universitaires d'Aix-en-Provence autour de Jacques Grandjonc commencent des recherches.

1983

Face à l'annonce de la destruction de la "Salle des peintures murales" de l'ancien camp, d'anciens résistants et déportés, le Conseil Représentatif des Institutions juives de France (CRIF) et la mairie d'Aix-en-Provence se mobilisent et sensibilisent le gouvernement : la salle est protégée en urgence par une inscription à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques.




1985

Inauguration d'une stèle commémorative et naissance d'un Comité de coordination pour la sauvegarde du Camp des Milles et la création d'un Musée mémorial de la Déportation, de la Résistance et de l'Internement.

1992

Après l'inauguration d'un Chemin des Déportés (1990), un Wagon du Souvenir est installé sur les lieux mêmes des déportations et abrite une petite exposition d'un collège marseillais. L'opération "Mémoire pour demain", rassemble plusieurs milliers d'élèves autour de débats, projections de films, spectacles, expositions...

Inauguration la même année aux Milles d'une école primaire au nom d'Auguste Boyer, Juste parmi les Nations, ancien gardien du camp.

1993

Sauvegardée puis restaurée, la "Salle des peintures murales" est classée monument historique. Son ouverture au public est confiée au Ministère des Anciens Combattants et Victimes de guerre.

2002 à 2009

Un Comité de pilotage fonde l'Association "Mémoire du Camp d'Aix-les-Milles" (2002) et œuvre à la conception d'un mémorial ambitieux. L'ensemble du site (7 ha) est inscrit comme Monument historique (2004). Les financements nécessaires, publics et privés, sont rassemblés (2006-2009) et le site est acheté avec le concours de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

Depuis 2009

La "Fondation du Camp des Milles - Mémoire et Éducation" est créée et immédiatement reconnue comme établissement d'utilité publique par décret du Premier ministre. Elle rassemble quatre ministères, les collectivités locales et les associations concernées, ainsi que quelques grandes entreprises mécènes.

Septembre 2012

Ouverture au public du Site-Mémorial du Camp des Milles.



« Après la pénible, piteuse et pitoyable défaite de 1940, il m'était insupportable de voir la France occupée. Il m'était insupportable de voir les nazis, qui étaient à la fois racistes, xénophobes, antisémites et contre les handicapés. Et par conséquent il m'est vite devenu insupportable de rester les bras croisés.
C'est dans ces conditions que j'ai décidé de m'engager dans les Forces Françaises Libres du Général de Gaulle et j'ai débarqué en Normandie. »

Sidney Chouraqui
Combattant volontaire de la Résistance
Co-Président de l'Association du Wagon-Souvenir et du Site-Mémorial des Milles


« Il faut que les gens soient conscients du comportement qu'ils doivent avoir pour éviter que cela ne se reproduise. C'est le but que je m'étais fixé au départ avec la petite association qu'on a mise sur pied.

Lt Colonel Louis Monguilan
Résistant déporté à Mauthausen
Co-Président de l'Association du Wagon-Souvenir et du Site-Mémorial des Milles


« Puisse le Mémorial des Milles en Provence pour lequel nous nous sommes investis depuis des années, apporter à ceux qui le visiteront toute la dimension pédagogique recherchée pour faire barrage à la haine !
Puisse le flambeau de la Mémoire collective, que nous vous transmettons avant d'arriver au bout de notre voyage, vous protéger à tout jamais d'un nouvel AUSCHWITZ !

Denise Toros-Marter
Déportée à 16 ans
Présidente de l'Amicale des Déportés d'Auschwitz Marseille-Provence,
Co-présidente de l'Association du Wagon-Souvenir et du Site-Mémorial des Milles





Faites un Don !


Face aux extrémismes identitaires...
Votre arme pédagogique pour agir !

Pour résister à l’engrenage des extrémismes, des racismes et de l’antisémitisme

PRIX SELIGMANN
Contre le racisme, l’injustice et l’intolérance
Décerné par la Chancellerie des Universités de Paris



08 OCTOBRE 2015 / VISITE DE M.FRANÇOIS HOLLANDE, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

> Voir la vidéo du discours du Président
> Lire le communiqué
> Lire le manifeste de la Chaire Unesco
> Lire le discours de M. François Hollande, Président de la République et celui de Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO
> Voir les photos de la journée