Détail de la visite

Une visite en trois volets

Le Site-Mémorial comprend trois volets dédiés à la connaissance, à l'émotion et à la réflexion, que le visiteur découvre en trois temps, confortés par plusieurs dispositifs majeurs :

1 - UN VOLET HISTORIQUE

Le parcours débute par une présentation de l'histoire du Camp des Milles, de son contexte local, national, européen et mondial. Des bornes audiovisuelles reconstituent les destins individuels d'internés, célèbres ou inconnus ; d'autres présentent le récit de témoins de cette époque.

  • Présentation d'une information historique sur le Camp des Milles et ses acteurs
  • Il est prévu d'apporter au public un bagage de connaissances historiques destiné à lui permettre d'appréhender le sens des lieux. Contrairement à de nombreux autres camps, celui des Milles n'a pas été créé ex nihilo.
  • Dans la Tuilerie, le visiteur doit avoir le sentiment d'évoluer dans ce qui fut un camp d'internement abrité par une usine.
  • Différentes salles consacrées aux contextes - régional, français et européen - dans lesquels cette histoire s'inscrit aideront le visiteur à resituer la place du camp dans l'histoire générale (montée du nazisme, guerre, vichysme, Résistance, rafles et camps dans la région...), et dans les diverses phases répressives qui mènent de l'internement des ressortissants du Reich à la déportation des Juifs.
  • L'exposition portera ensuite essentiellement sur l'histoire des lieux et de ses acteurs : internés, déportés, autorités, Justes parmi les Nations, gardiens, organisations humanitaires...

Lire la suite


2 - UN VOLET MÉMORIEL

  • Ouverture au public des lieux historiques ayant servi à l'internement et à la déportation, dans et autour du bâtiment principal de la tuilerie.
  • Accès aux traces laissées par les internés.

Restauration, préservation et ouverture au public des lieux historiques ayant servi à l'internement et à la déportation.

À l'intérieur du bâtiment principal de la Tuilerie, une muséographie très discrète laissera s'exprimer la force évocatrice des lieux préservés en l'état, et un vaste espace extérieur assurera l'unité et la cohérence des différents éléments historiques et pédagogiques du site.

L'information historique recueillie auparavant par le visiteur devra lui permettre de donner tout leur sens aux espaces parcourus et d'en saisir la puissance émotionnelle. Elle lui permet aussi d'en comprendre la dimension diachronique, certains de ces espaces ayant connu diverses utilisations au cours des différentes phases de l'internement. Elle prépare enfin le volet d'éducation citoyenne du projet.

Lire la suite


3 - UN VOLET RÉFLEXIF

  • Dans cette section très innovante sont présentés des connaissances scientifiques pluridisciplinaires qui permettent au visiteur de mieux comprendre les engrenages et les mécanismes (préjugés, passivité, soumission aveugle à l'autorité…) qui conduisent au pire.
  • Espace dédié aux "actes justes" de résistance et de sauvetage.

Éducation citoyenne

Ce troisième volet est destiné, en s'appuyant sur la force évocatrice de ce lieu imposant et sur le travail scientifique accumulé depuis la guerre, à renforcer la vigilance et la responsabilité du visiteur face à la permanence des grandes questions éthiques soulevées par le traumatisme civilisationnel de la Shoah dont ce lieu rend compte, par les autres crimes contre l'humanité de la dernière guerre, contre les Tsiganes notamment, et plus généralement par l'autoritarisme et le totalitarisme.

Jusque-là, le visiteur s'est trouvé confronté au passé et à son poids émotionnel. Avec le volet qui s'ouvre, la mémoire-révérence devient mémoire-référence : le visiteur est invité à dépasser la distance qui le sépare du passé pour amorcer une réflexion pluridisciplinaire sur le présent et l'avenir prenant appui sur l'expérience historique.

Bien entendu, tout lieu de mémoire concourt à l'éducation, voire à l'éducation civique. Mais ce volet, baptisé "Comprendre pour demain", se veut ainsi être un temps réflexif complémentaire et largement innovant sur un lieu de mémoire. L'expérience semble montrer en effet que l'émotion sur le passé, l'information historique ou la référence rhétorique aux "leçons de l'histoire" ne suffisent pas ou plus toujours pour identifier et combattre les expressions sans cesse renouvelées du racisme, de l'antisémitisme, du fanatisme et de l'intolérance.

Il s'agit donc de susciter chez le visiteur une compréhension plus intime des situations et une réaction intellectuelle constructive en le faisant passer par les diverses étapes d'un parcours chrono- thématique qui propose des matériaux ou des résultats relevant d'approches et de disciplines variées, en plus de l'histoire.

À partir de l'histoire spécifique du lieu, le caractère universaliste des éléments présentés sera illustré par les autres génocides avérés, arménien et rwandais. Dans cette perspective, trois grands thèmes de réflexion ont été définis par le Comité de pilotage: les résistibles engrenages des intolérances ; le basculement de la démocratie à l'autoritarisme ; la responsabilité individuelle et collective face au crime de masse.

Cette étape réflexive, en relation directe avec la connaissance acquise dans les salles précédentes, peut s'apparenter à une station expérimentale au cours de laquelle, par divers moyens pédagogiques (films, archives sonores, création de scenarii, présentation de résultats scientifiques, dispositifs interactifs divers...), le visiteur participe au décorticage des mécanismes individuels et collectifs qui conduisent de la haine ordinaire au crime contre l'humanité, mais aussi de l'indifférence à la résistance. Il doit se trouver confronté à des situations historiques, mais aussi à des postures, à des schémas mentaux, à des réflexes intellectuels qui peuvent lui être familiers et dont il pourrait mesurer dès lors avec plus d'acuité les conséquences sociales, heureuses ou dangereuses.

Lire la suite


Exposition nationale sur les enfants juifs déportés

Le parcours se poursuit par la riche exposition nationale réalisée par Serge Klarsfeld et l'Association des Fils et Filles des Déportés Juifs de France :

"1942-1944 : 11 400 enfants juifs déportés de France à Auschwitz".

Serge Klarsfeld a confié au Site-Mémorial cette grande exposition nationale, fruit d'une vie de recherche. Il s'agit d'une collection exceptionnelle de documents rares, particulièrement émouvante dans un lieu d'où furent déportés une centaine d'enfants. Elle est présentée comme exposition permanente.

Autres dispositifs majeurs de la visite

Le visiteur a ensuite accès aux espaces extérieurs du camp, comprenant différentes stations mémorielles ainsi qu'une exceptionnelle Salle des Peintures murales (ancien réfectoire des gardiens).

La visite se termine par un cheminement sur le chemin des Déportés, aboutissant au Wagon du Souvenir, sur les lieux mêmes du départ pour la déportation.

En complément de ce parcours sont proposés un centre de ressources ainsi que des équipements (salle de diffusion, salles diverses...) permettant une large gamme d'activités culturelles, éducatives ou de formation, permanentes ou ponctuelles : ateliers, débats, conférences, concerts, prestations théâtrales ou artistiques, projections, lectures...

L'ensemble de ces manifestations vise à prolonger à la fois l'émotion, l'information et la réflexion du visiteur.



Il faut non seulement ne pas oublier, il faut aussi être prêt à réagir au cas où quelque chose se reproduirait n'importe où que ce soit d'ailleurs.

Georges Wojakowski
Témoin de l'internement au Camp des Milles





Faites un Don !

Sortie-évènement en librairie le 07 mai 2015

Pour résister à l’engrenage des extrémismes, des racismes et de l’antisémitisme

08 OCTOBRE 2015 / VISITE DE M.FRANÇOIS HOLLANDE, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

> Voir la vidéo du discours du Président
> Lire le communiqué
> Lire le manifeste de la Chaire Unesco
> Lire le discours de M. François Hollande, Président de la République et celui de Mme Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO
> Voir les photos de la journée