SÉLECTION DE NOS RESSOURCES CULTURELLES ET CITOYENNES
POUR MIEUX VIVRE LE CONFINEMENT



Pour les jeunes et les moins jeunes




<< RETOUR A L'ACCUEIL






5/ LE COIN DES ENFANTS
ET DES PARENTS

La volonté des initiateurs du Site-mémorial est qu’il s’adresse aussi aux plus jeunes, en cohérence avec les programmes de l’Education nationale. Les parents peuvent accompagner leurs enfants dans la découverte des ressources proposées.




ATELIER DE LECTURE : L’AGNEAU QUI NE VOULAIT PAS ÊTRE UN MOUTON

« Ne rien faire, c’est laisser faire… ».

Atelier de lecture et de réflexion

Pour les enfants de 8 à 12 ans.
Pour les parents, éducateurs ou enseignants. Lecture à voix haute ou silencieuse.
Un album – L’agneau qui ne voulait pas être un mouton - de Didier Jean et Zad (Ed. Syros Jeunesse) qui permet de réfléchir aux leçons de résistance et de solidarité que nous offre l’Histoire.

Avec des questions pour aider les enfants à mieux comprendre le livre au fil de la lecture et pour dialoguer avec eux.

Une fiche permet d’aider les parents et enseignants dans la lecture accompagnée.


Pour aller plus loin : faire le lien avec l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et du Camp des Milles.

Télécharger la fiche pédagogique



FRANZ MEYER, UN CARICATURISTE AU CAMP DES MILLES

Nous vous proposons de découvrir seul ou en famille le parcours de Franz Meyer, interné du camp, dont les dessins sur la vie au camp sont utilisés chaque jour comme jalons de la visite des plus jeunes à la manière d’une BD.

Opposant politique au nazisme, Franz Meyer raconte en dessins son exil depuis l’Allemagne jusqu’aux USA, en passant par son internement au camp des Milles par le régime de Vichy comme « étranger indésirable ».

  • Son livre illustré « Flucht aus Deutschland : Bilder aus dem Exil » (« La fuite d’Allemagne : images de l’exil ») est le premier album qui témoigne de l’histoire du Camp des Milles : il reste un document impressionnant sur la destinée souvent tragique des antifascistes qui ont émigré d’Allemagne

  • Janvier 1933 : accession d’Hitler au pouvoir

    En 1933, au moment de l’accession d’Hitler au pouvoir, il a vingt-sept ans.
    Membre du parti communiste, il publie des caricatures politiques dans les journaux.

  • Fuir l’Allemagne nazie !

    En 1934, Franz Meyer décide de fuir l’Allemagne nazie. Menacé par le pouvoir en place en tant que communiste, il décide de fuir vers les Pays-Bas.
    Il vit caché quelques années en Hollande puis en Belgique.

  • 3 septembre 1939 : la guerre est déclarée

    Le 1er septembre 1939 l’Allemagne envahit la Pologne. Le 3 septembre, l’Angleterre et la France (alliés de la Pologne) déclarent la guerre à l'Allemagne. La Seconde Guerre mondiale commence.
    Neuf mois plus tard, en mai et juin 1940, la Hollande, la Belgique et la France sont envahies par l’armée allemande en six semaines.

    Comme tous les réfugiés allemands en Belgique, Franz Meyer est alors considéré comme un individu dangereux. Il est ainsi expulsé de force du pays.

  • La tuilerie des Milles

    Le 4 septembre 1939, la tuilerie des Milles est réquisitionnée par l’armée française pour emprisonner les Allemands présents en France, considérés alors comme «sujets ennemis». Cette usine, située entre Aix et Marseille, proche d’une voie ferrée, devient alors l’un des nombreux camps d’internement français.

    Franz Meyer, « sujet étranger » devenu « sujet ennemi », est déplacé d’un camp à l’autre. Après un long parcours, il arrive au camp des Milles.

  • Les artistes et intellectuels du Camp des Milles

    Beaucoup d’internés aux Milles étaient des intellectuels et des artistes. Opposés aux idées nazies, ils avaient fui l’Allemagne pour la France, patrie des droits de l’Homme. Malgré l’enfermement, nombreux sont ceux qui continuent de peindre, dessiner, sculpter. Les internés organisent des concerts, des pièces de théâtre….

    Après-guerre, Franz Meyer témoigne de son histoire en réalisant cette série de dessins. Comme d’autres survivants, il a enrichi la mémoire de ce lieu.

  • Le régime de Vichy 1940 - 1944

    L'armistice est signé le 22 juin 1940. A la fin des combats, la France, vaincue, est divisée en deux. La moitié Nord est occupée par l'Allemagne. Au sud (« zone libre »), Pétain installe son gouvernement à Vichy. Il met fin aux valeurs de la République et instaure une dictature. En octobre, il rencontre Hitler : c'est le début de la collaboration.

    Franz Meyer est autorisé à se rendre à Marseille pour effectuer des démarches d’émigration. Il y découvre la vie quotidienne des français après la défaite.

  • Le Camp des Milles, camp d’internement et de transit

    Le gouvernement de Vichy veut se débarrasser des étrangers. il les regroupe au camp des Milles. Les démarches pour émigrer se font à Marseille, dans les consulats. Elles sont longues, coûteuses et compliquées. Le camp des Milles est alors le seul camp de transit en France.

    Franz Meyer entreprend des démarches pour émigrer aux Etats Unis d’Amérique. La réponse à sa demande arrive après beaucoup d’attente.

  • Aides et émigration.

    Des associations aident les internés pour améliorer leurs conditions de vie devenues plus difficiles, et favorisent aussi leur émigration.
    Entre 1940 et 1942, de nombreux internés, juifs pour la plupart, parviennent à quitter le camp des Milles, notamment pour les Etats-Unis.

    Franz Meyer peut émigrer aux Etats-Unis d’Amérique.
    Il y reprend ses activités politiques et artistiques.

« Pour aller plus loin »

Biographie détaillée de Franz Meyer (1906–1957)

Franz Meyer est né le 02 mai 1906 à Gelsenkirchen en Allemagne. Dessinateur, c’est aussi un activiste politique allemand membre du Parti Communiste.

Il apprend le dessin technique dans sa ville natale et gagne ensuite sa vie dans plusieurs bureaux d’ingénieurs en Allemagne et en Autriche où il fait ses années d’apprentissage.

Lire la suite




TEMOIGNAGE D'HERBERT TRAUBE,
JEUNE ÉVADÉ D'UN TRAIN DU CAMP DES MILLES

Témoignage d'Herbert Traube, juif autrichien, né en 1924, évadé du dernier convoi des Milles vers Auschwitz, puis combattant dans la Légion étrangère pour la libération de la France.



A un moment donné, (…) je réussis à passer la tête dehors pour voir ce qui se passe,…et puis un monsieur me dit « quand la tête passe, tout le corps passe »….J’ai passé les pieds, j’ai eu du mal à passer la poitrine, on m’a poussé un peu, puis après je suis resté accroché(…) Là je me suis dit qu’est-ce qu’il faut faire ?, il faut te jeter, faire roulé-boulé. J’étais bon en gymnastique. C’est ce que j’ai fait.

Herbert Traube




Atelier « La Salle des Peintures du Camp des Milles » (9-12 ans)

Que disent les peintures murales réalisées par les internés du camp des Milles ?

Pour répondre à cette question, regardons chaque œuvre peinte sur les 4 murs du réfectoire en posant des questions. Possibilité de reproduire les œuvres en dessinant.

Ces peintures ont été par chance conservées jusqu’à nous. Nous pouvons les voir maintenant grâce à ce diaporama.
Une fiche permet d’aider les parents et enseignants dans la lecture accompagnée.

Téléchargez la fiche pédagogique
LE "PETIT MANUEL DE SURVIE DÉMOCRATIQUE" POUR COMPRENDRE ET AGIR





Face aux extrémismes identitaires...
Votre arme pédagogique et citoyenne

Pour résister à l’engrenage des extrémismes, des racismes et de l’antisémitisme

PRIX SELIGMANN
Contre le racisme, l’injustice et l’intolérance
Décerné par la Chancellerie des Universités de Paris


Achat ebook




L'appel des grands anciens du Site-mémorial du Camp des Milles

Sidney CHOURAQUI, Denise TOROS-MARTER, Louis MONGUILAN
> Cliquez ici pour lire le texte intégral